Il faut sauver le soldat Ryan

Malmené et sujet à polémique depuis sa diffusion via Amazon Prime, « Tom Clancy’s Jack Ryan » dépasse largement ses erreurs annoncées en offrant un divertissement dans l’air du temps, bien loin de la glorieuse Amérique.

crédit : Amazon Prime

« Jack Ryan contre les méchants terroristes français ». « Cliché ». « la diarrhée patriotique d’Amazon ». J’en passe et des meilleures… On ne peut pas dire que la nouvelle série estampillée Amazon Prime fasse l’unanimité. Entre une vision limite de notre beau pays (qui, c’est bien connu, n’a pas été soumis à des attentats terroristes d’une violence inouïe ces dernières années), un patriotisme que beaucoup considèrent exagéré (on en reparle dans quelques lignes) et un acteur (John Krasinski, mis en valeur depuis son excellent « Sans un bruit ») dont les expressions faciales restent, tout au long des huit épisodes, à la limite de l’élasticité, celui qui se voit déjà remplacer un autre Jack (Bauer ; l’intention est évidente) a du mal à imposer sa vision de l’espionnage new age. Pourtant, avec à sa tête Carlton Cuse (« Bates Motel », « Lost » ou encore « The Strain »), l’histoire est beaucoup plus intelligente et passionnante que certains voudraient le faire croire. Et, si l’on prend le temps de détailler les points sur lesquels le show est attaqué, on comprend rapidement que nombre de chroniqueurs se sont tout simplement plantés, et dans les grandes largeurs.

Alors oui, les vilains terroristes sont passés par la France, et notamment la Seine-Saint-Denis. Petit précision cependant : Molenbeek-Saint-Jean, la tristement célèbre ville belge, est également citée, ce qui ne surprendra personne. D’autre part, l’opération policière du 18 novembre 2015, suite aux attaques menées à Paris, a eu lieu à Saint-Denis. Un petit rappel qui pourra paraître infime, voire révoltant, mais qui mérite d’être exprimé. On sait que les Américains, notamment lors de l’affaire des « no-go zones », aiment par-dessus tout désigner des secteurs spécifiques à consonance extrémiste dans les pays dont, à tort, ils se moquent (pour des motifs politiques ? Le débat est ouvert). Mais le point de départ du séjour de Ryan dans la capitale et ses alentours est bel et bien justifié.

Alors oui, les paroles du flic dans la voiture (« Soit vous êtes français, soit vous ne l’êtes pas »), lorsqu’il est en compagnie du supérieur de Ryan, sur une possible invasion de la France par les islamistes, est caricaturale. Mais il suffit de regarder le visage de Greer pour comprendre qu’il n’est absolument pas d’accord avec ce qui lui est dit. Dans la scène, le policier devient l’abruti de service.

Autre sujet intéressant : la motivation principale de Suleiman (impressionnant Ali Suliman, dont le rôle est aussi délicat que parfaitement assimilé et interprété), le chef du réseau en guerre contre l’Europe et les USA, est motivé par le fait de s’être battu contre l’armée syrienne de Bachar al-Assad et d’avoir été méprisé et laissé-pour-compte par les forces occidentales (ce qui, évidemment, ne justifie aucunement ses actes). Sujet qui, dans les reproches que l’on peut lire dans les médias, passe à la trappe.

Quant à la patrie de l’Oncle Sam, à part ressembler une nation plus portée sur les solutions radicales (l’erreur du pilote du drone, l’assaut donné sur la maison de Suleiman) que sur la négociation, elle fait pâle figure et se précise d’autant plus dans son côté guerrier et brutal.

Qu’en est-il, dans de telles circonstances, du scénario lui-même ? « Jack Ryan » est la continuité modernisée des films interprétés par Harrison Ford, Alec Baldwin, Ben Affleck et Chris Pine. La course-poursuite technologique et psychologique entre Ryan et Suleiman est palpitante et remplit aisément son contrat, rebondissements et suspense à l’appui. Et c’est bien tout ce qu’on lui demande.

crédit : Amazon Prime

De ce fait, sans doute la peur motive-t-elle l’agressivité subie par cette première saison. Ou la bien-pensance, plus certainement. Et, pour revenir à « 24 Heures Chrono », on se rend finalement compte que les reproches sont les mêmes, à quelques différences près. On ne change pas une équipe qui gagne…

« Tom Clancy’s Jack Ryan », disponible depuis le 31 août 2018 sur Amazon Prime.