Avis de tempête

Aucun doute possible : on tient, avec Liquid Bear, ce qui se fait de mieux en matière de rock intelligent, profond et extatique. « Unwind » déroule des torrents de riffs précis et débridés, unis à une idée toute personnelle et passionnante de l’art progressif.

Voilà un disque dont on aura bien du mal à se remettre… Et pour cause : « Unwind » est une œuvre phénoménale, une construction mélodique et mentale qui nous oblige à nous interroger sur sa réalité. Comment ce monolithe chargé à 10 000 volts a-t-il pu voir le jour ? Comment décrire son effet sur nos impressions, sensations et pensées ? Liquid Bear a engendré rien de moins que l’opus ultime, le phare éclatant dans l’obscurité de plus en plus poisseuse d’une certaine idée (bien trop souvent faussée) du rock, de son essence, de son évolution. Un EP vécu de l’intérieur, sur lequel chaque détail compte, chaque arrangement magnifie ses interprètes et leurs louables intentions. C’est bien simple : « Unwind » n’a aucun égal. Et n’en aura sans doute jamais.

Versant dans les genres qui s’annoncent spontanément à lui, « Unwind » évolue constamment, serpente au milieu des âmes sensibles qu’il possède. Les accords mouvants et imprévisibles de « Time to Unwind » exulte, écorche la façade trop lisse d’harmonies devenues l’ombre d’elles-mêmes. On hurle, on pleure, on cherche les repères nécessaires à notre renaissance ; « The Hitchhiker » et « Perfect Rose » brillent dans des envolées instrumentales d’une beauté et d’une énergie rares, tandis que la frénésie de « Jug O’ Jack » pulvérise la nonchalance de bon nombre de groupes transparents et sans goût. La force de Liquid Bear se situe dans son écoute constante, son partage entre ses membres : si la batterie démarre, la saturation s’intensifie, la voix narre les histoires magnifiques et cruelles de ses personnages hantés. La folie du solo final de « Harry & Bart » laisse l’auditeur sur le carreau, abasourdi, perdu. Mais surtout heureux et impatient de revivre l’expérience.

crédit : Jérémy Lanfranchi

Pour celles et ceux qui n’osaient plus y croire, « Unwind » réconcilie chacun avec la sueur de la transe, la rédemption du psychédélisme, la fureur salvatrice du cri primal. Un trip aux allures de cure de jouvence et qui remet les pendules à l’heure.

« Unwind » de Liquid Bear, sortie le 14 décembre 2018.