Du rire aux larmes

Passée l’étrange pochette de « This Is How You Smile » (dont la signification serait intéressante à demander à son concepteur), le cinquième opus de Helado Negro s’éloigne radicalement des deux personnages qu’il nous montre en photo pour s’aventurer vers un minimalisme musical tiraillé entre sourire audacieux et mélancolie latente. La sobriété des instrumentations de Roberto Carlos Lange, dépouillées jusqu’à leurs racines les plus profondes, a de quoi surprendre, les mélodies demeurant quant à elle, tout au long du disque, ciselées et travaillées à l’extrême. Vocalement, le compositeur paraît nous raconter ses histoires d’adultes, ses doutes et amours éphémères avec une incroyable sincérité. L’union d’un côté lo-fi dans la production et d’une vision élaborée de la création engendre un mélange épicé, sensible et langoureux.

Le folk liquide de « Imagining What to Do » et « Sabana de luz », inédit et porteur des intentions premières de Helado Negro, convie l’omniprésence d’une guitare acoustique à l’influence globale pourtant évidente ; aucune électricité ici, mais avant tout des sonorités, des bruits parfois (« Echo for Camperdown Curio », « My Name Is for My Friends ») et du piano, nacré et suranné (« Running »). À l’instar des nouveaux aventuriers sonores anglo-saxons, Lange ancre ses œuvres dans les terres originelles de pays ensoleillés, à l’heure la plus chaude. Le ralenti se mue en contemplation, en rêverie blasée (« Pais Nublado ») ou en révélation (la boucle rythmique envoûtante de « Todo lo que me falta »). Autant de récits initiatiques, de légendes intimes aptes à devenir exemplaires.

Quelque part entre l’expérimentation du langage structurel et l’émotion brute, « This Is How You Smile » est un plaisir discret mais que l’on a de cesse de réexplorer, passionnément, intensément. Une lecture aux fortes saveurs d’été, de passions éphémères et de conséquences sensitives qui resteront longtemps en nous.

crédit : Anna Shive

« This Is How You Smile » de Helado Negro, disponible depuis le 8 mars 2019 chez RVNG Intl.