Blasphemous rumours

Avec un nouvel album sans concession et parfaitement composé et produit, Deicide met une grosse claque à de nombreux disques death sortis depuis le début de l’année. On n’a pas fini de l’écouter…

Il y a quelque chose de profondément énervant chez Deicide ; en effet, on a beau chercher la petite bête, le détail qui va permettre de critique le groupe américain, la baisse de régime après trente ans d’activité, on n’y arrive tout simplement pas. et « Overtures of Blasphemy » ne nous donnera sûrement pas l’occasion de nous acharner sur le combo ; bien au contraire. Échevelé et direct, mais sans oublier de fournir ce qu’il faut de riffs mélodiques inoubliables et de progressions rythmiques imparables, cette treizième révolte anti-bigots est un pur plaisir haineux et incisif.

En 38 minutes montre en main, Deicide déverse une alternance de guitares frappadingues, de blasts corrosifs et de paroles toujours aussi provocatrices ; mais sans que cela paraisse ridicule, comme c’est – malheureusement – trop souvent le cas (amis du black metal pseudo-satanique, bonjour !). Il suffit de se plonger dans la puissance de « Crawled From The Shadows » (qui ferait pâlir les premières mesures de l’inoubliable « Next on the List » de Napalm Death), les déviances heavy de « All That Is Evil » et « Destined to Blasphemy » ou encore les élans guitaristiques de « Anointed in Blood » pour se convaincre de tenir entre nos mains ensanglantées l’un des meilleurs opus des natifs de Tampa, Floride. Glen Benton explose les murs de la bien-pensance, rauque et possédé à souhait, notamment sur « Consumed by Hatred », évocation sans fard de la motivation première d’une entité maléfique qui, depuis « Once Upon The Cross » et sa pochette controversée (on parle de l’originale, pas de celle imposée plus tard), a fait de l’anticléricalisme son sacerdoce. Mais avec des arguments difficiles à contrer.

Qui dit « Overtures » suppose forcément que la cérémonie ne fait que commencer ; et qu’on sera là pour assister à la levée des corps ! Deicide est, décidément, l’arme de destruction massive ultime face aux intégristes en tous genres. Et on ne va certainement pas s’en plaindre, tant le plaisir et la thérapie de choc sont d’une redoutable efficacité et brûlent tout sur leur passage. Ave Glen !

« Overtures of Blasphemy » de Deicide, disponible depuis le 14 septembre 2018 chez Century Media Records.