Caractères de la nuit

Dans un second EP imprégné de sonorités s’enroulant parfaitement autour de son chant doux et tendre, Céline Tolosa nous conte les femmes et les hommes que les instants, diurnes et nocturnes, rencontrent fugacement. Avec un respect et une lucidité qui font sourire autant qu’ils émeuvent.

Il y a quelque chose de l’ordre de la photographie, le long nouvel EP de Céline Tolosa. La sensation de regarder autant que l’on écoute, de contempler les détails d’une scène, d’un instant volé sur pellicule, sur feuille blanche et sur portées. Car la musicienne a mis, en textes et en musique, une impulsion, d’abord électronique dans les arrangements, mais surtout électrique dans cette sublime décharge verbale et sensitive qu’elle nous fait éprouver. Une collection de manières et de matières, de visages et de contextes intimes, fascinants et précis.

L’innocence joviale de l’immédiat « Cover Girl » cède ici sa place à la conséquence du papier glacé, aux histoires qui se lisent entre les lignes. La recherche harmonique accompagne à la perfection ces figures, que ce soit dans les pas chorégraphiés et sensuels de « Vendredi soir », dans son souvenir et sa solitude, ou encore au cœur de la fusion d’une artiste avec la gent masculine, ses dragues maladroites, ses charmes désuets (« Les beaux garçons »). Les visions sont multiples et diffèrent les unes des autres, à la cadence de souplesses mélodiques (la mécanique merveilleuse et cristalline de « Qui je suis », les pulsations chaloupées de « Bahia »). Tels les chapitres d’une histoire à plusieurs mains, les pistes sonores de « Vendredi soir » narrent l’isolement de la pensée, l’envie d’éclater au milieu de ses semblables, le désir d’aimer et de s’unir, même si les heures sont condamnées à demeurer éphémères.

crédit : Ella Hermé

L’irruption calculée de « L’amour en fuite » de Souchon est un aveu final, une apothéose discrète mais efficiente : c’est bien l’émotion qui agite les veines battantes d’un disque courageux et passionné. L’être face à l’inconnu du partage, du contact des épidermes, de la symbiose des âmes. Céline Tolosa est la voix de ces délicatesses du quotidien et des veillées en errance, tandis que tout se fait irrémédiablement propice au plaisir.

Céline Tolosa sera en showcase au Walrus (Paris 10ème) le 16 novembre prochain. Tous les détails ici.

« Vendredi soir » de Céline Tolosa, disponible depuis le 5 octobre 2018 chez Les Disques Pavillon.